AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

bienvenue sur me before you
me before you se met à l'automne, on démarre en beauté avec un event et des jeux ♥️

Partagez | 
 

 My candle's heart ☣ Babylone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: My candle's heart ☣ Babylone   Jeu 1 Sep - 14:47


❝ My candle's heart ❞Babylone" Mino tu peux y aller ! " Je passe un dernier coup d'éponge sur le comptoir tandis que j'offre mon plus beau regard à mon patron. J'apprécie son professionnalisme et le respect de l'emploi du temps qu'il nous a imposé. Je soupire lentement, observant l'horloge murale se trouvant devant moi. Elle ne va pas tarder à sortir. Je souris, de manière béat. Balançant mon éponge dans le fond de levier. Je me pince les lèvres. " Ok j'y vais ! " Et je m'élance dans la salle afin de retrouver mes affaires, dissimulée dans l'arrière salle. J'enfile mon blouson et récupère mon casque, que je pose sur ma tête une fois sorti du bâtiment. Il ne me reste plus beaucoup de temps. J'arpente les rues d'une vitesse contrôlée, slalomant entre les voitures tellement je suis pressé. J'aime la vitesse, j'ai l'impression de me sentir vivant. Bien plus vivant que je puisse me sentir en temps normal, lorsque mes pieds sont sur le sol, et que je ne suis plus que moi.

Arrivé sur les lieux, je m'arrête, j'observe les alentours afin de trouver un emplacement stratégique, où je ne pourrais pas la rater, et où elle ne pourra que me voir. Moi. Parmi tant d'autres. Mon casque sous le bras, assis avec nonchalance sur le siège de ma bécane, j'observe avec attention les étudiants sortir en groupe de l'Université. Elle me manque, et je ne sais pas pourquoi, mais aujourd'hui, après l'avoir vu l'espace d'une heure, j'ai encore envie de la voir. Je sais qu'elle est là, quelque part, arpentant les couloirs de son physique ravageur. Machinalement, je souris dans le vide, pendant qu'un groupe de jeunes passe devant moi, et qu'une étudiante se penche sur mon cas. Je ne l'avais pas vue auparavant, jusqu'à ce que mon regard se pose sur elle, et que son sourire s'élargisse. Elle pense peut-être que mon sourire lui était destiné, alors qu'en réalité, ce n'est pas le cas. Alors je détourne le regard, elle fait de même, et elle trace sa route.

C'est alors qu'elle apparait, comme un rayon de soleil illuminant le ciel grisâtre anglais. Je me redresse lentement, un sourire peint sur le coin de mes lèvres. Ce sourire que je lui réserve, à elle. Je m'avance d'un pas tandis que je sens mon coeur se soulever en une excitation divine. Je me plante devant elle, et plonge mon regard dans ses prunelles scintillantes. " Te presse pas surtout  ! " Je la prend dans mes bras, machinalement, et je la soulève alors que je sens son corps frêle épouser le mien à la perfection. " T'aurais pas grossi ? " Je laisse échappé un rire, avant de la faire redescendre sur terre. Sa main dans la mienne, je l'invite à me suivre vers la moto, elle rayonne. Je le sais. Je la vois. Je lui tend mon casque tandis que de ma main valide, j'ouvre mon siège afin d'en attraper un autre. Elle ne se débarrassera pas de moi. Et je me fiche de l'heure, et du temps que je passerais avec elle. Je me fous de ses parents qui voudraient qu'elle soit une fille sage, rentrant avant la nuit en taxi. Je sais juste que ce soir, elle ne sera pas rentrée. " Je t'emmène ? "
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: My candle's heart ☣ Babylone   Ven 2 Sep - 3:30

minou & babylone

« oh merde ! » tu gémis encore la tête enfoncée dans l'oreiller, près de toi dans le lit d'à côté, ton amie et ta camarade de chambre depuis que tu es à la fac s'étire en prononçant des mots incompréhensibles. « qu'est-ce que t'as? » elle finit par te demander, la voix encore empreinte de sommeil. « j'ai raté mes cinq premiers cours. » tu lèves les yeux, ça te fait mal à la tête avec cette lumière qui filtre entres les rideaux à moitié ouvert, ta co-chambière pouffe de rire avant de te lancer un coup d’œil et ensembles vous finissez par vous marrer, comme si tu venais de faire la blague du siècle, faut dire que les cours c'est pas vraiment ta priorité et qu'elle le sait. « possible que j'sois encore bourrée à quatorze, tu penses? » en posant la question, elle avale deux aspires, chose que tu t'empresses de faire toi aussi. « fort probable ouais, j'veux dire je me souviens plus du nombre de shot que tu t'es enfilée, mais t'étais vraiment déchaînée. » elle éclate de rire. « et c'est toi, la tarée qui me dit ça? » tu grimaces en t'étirant, t'as bien était obligée de révéler à jazmyn ta bipolarité, elle partage ta chambre et t'accompagne à la plupart des soirées étudiantes, elle est un peu disjonctée sur les bords, ce qui fait de vous des êtres inséparables sur le campus, elle a finit par se poser des questions avec tous les médocs que tu prends et t'as finis par cracher le morceau à part tes parents personne sait et t'as l'impression que c'est mieux ainsi, tu veux pas qu'on change de comportement en te regardant, qu'on est pitié de toi, en vrai, t'aimes presque ta maladie, le seul problème c'est le traitement : lourd, fatiguant, tu le prends peu souvent, tu zappes les recommandations des médecins et puis tant pis pour les conséquences.

« qu'est-ce que tu fais? » « je m'habille faut que je file assister au moins à un cours, j'veux pas devoir tout rattraper. » elle roule des yeux en te regardant alors que tu peines à enfiler ton jean, t'as encore grossit, faute aux soirées, aux pizzas et aux fast-food, faut avouer qu'avant t'étais trop fine alors bon un peu de gras, ça va pas te tuer. « non, sérieusement qu'est-ce que tu fais? » tu souris en secouant la tête, tes cheveux couleur cendre te retombent sur le visage. « j'crois qu'il va venir me chercher tout à l'heure. » « qui ça, ton pédophile? » tu pivotes vers elle, le regard mauvais, tu lui balances ton oreiller sur la figure. « arrête de l'appeler comme ça ! » tu t'exclames un peu vexée. « à ton avis qu'est-ce qu'il vas dire quand il se rendra compte que t'es majeur depuis seulement quatre mois? t'avais dix-sept ans la première fois que tu lui as parlé, j'pensais que tu t'amusais, mais t'as l'air sacrement accroc ma pauvre, ça fait peine à voir. » « j'vais pas lui dire, c'est tout, il a pas besoin de savoir et puis c'est pas comme si on faisait quelque chose de mal. » elle saute de son matelas d'un bond agile et se lance à la recherche de vêtement portable. « c'est clair, ton vagin doit carrément être momifié depuis le temps. » « ce que tu peux être conne ! » tu finis la conversation en claquant la porte heureuse d'être enfin un peu dans ta bulle, jazmyn ne comprend pas ce que tu entretiens avec mino, elle n'est pas là elle, quand vous vous regardez, quand vous vous parlez, quand vous vous perdez l'un en l'autre alors que vous ne vous êtes même pas encore touchés.

les cours sont d'un ennui mortel plusieurs fois tu manques de piquer du nez, mais finalement la torture prend fin, la dernière sonnerie de la journée résonne, pour une fois, tu ne te diriges pas vers les bâtisses qui mènent aux chambres, mais bien vers les portes qui mènent à l'extérieur. « eh baby, elle est canon cette jupe, j'adorerais l'essayer ! » « t'es qu'un pervers josh ! » il te fait un clin d’œil tant dis ce que tu lui lances une moue dégoûtée, dehors il te faut moins d'une minute pour apercevoir mino, instantanément ton visage s'illumine, bordel vingt quatre heures à peine sans le voir et il te manquait déjà. « te presse pas surtout ! » il te lance quand t'arrives à sa hauteur, tu souris ravie de le voir aussi impatient, il te serre dans ses bras et tu lui rends son étreinte heureuse d'enfin sentir son corps se presser contre le tien. « t'aurais pas grossis? » tu le frappes doucement dans l'épaule, tu sais qu'il te taquine alors ça te fait rire. « je t’emmène? » tu te mords la lèvre inférieure en lui prenant l'un des casques des mains. « bien sûr oui, tu sais que je te suivrais n'importe où. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: My candle's heart ☣ Babylone   Ven 2 Sep - 11:02


❝ My candle's heart ❞Babylone" Bien sûr oui, tu sais que je te suivrais n'importe où. " Me mordant la lèvre inférieure, je la regarde de tout son long, tandis qu'elle saisi le casque que je lui tend. Indomptable, elle fait partie de ces filles que l'on considère comme sauvage, n'ayant aucune crainte, et qui aiment repousser les limites que la vie leur impose. Je la vois telle qu'elle est, une étudiante bouillonnante de vie. Je monte sur ma sportive et lui fais un signe sec de la tête. " Monte. " En attendant qu'elle obéisse à ma requête, j'enfile mon casque avec aisance. Je sens mon coeur bondir en ma poitrine lorsque je sens ses cuisses, fines, et fermes, frôler les miennes avec innocence. Ses sains, collés contre mon dos. Je laisse échapper un soupir discret, un râle intense inaudible de mon désir inassouvi. J'attrapa les mains de Babylone et les garde un instant enfermées dans les miennes. Le contact de sa peau est si bon, si puissant. C'est une source de désir qui en ferait presque mal. Je les dépose autour de ma taille, lui demandant de me tenir au début, puis, lorsqu'elle se sentira en communion avec mes agissements. Lorsqu'elle aussi, pourra sentir la route et ses tournants, elle pourra se laisser envahir par ce sentiment de liberté qui transporte, et elle pourra me lâcher, comme si elle flottait dans les airs, et traversait l'espace telle une lumière.

D'une allure vive, je slalomais entre les voitures trop lentes, et sortais maintenant de la ville, qui me paraissait si étroite, si peu intime. Je voulais qu'elle se sente libre, loin de ses habitudes étudiantes. Je ne la ramènerais qu'au lever du soleil. Lorsque, épuisée, elle poserait sa tête sur mes omoplates, et que, se laissant porter par le deux roues, elle observerait le ciel rose orangé, tandis que ma conduite fluide, et ma vitesse la calmerait. Mais présentement je roulais vers l'océan, l'océan que nous voyions si peu, et qui pourtant s'étend à perte de vue. Un paysage si simple et si commun, et qui pourtant, nous a été enlevé par la construction des building et de la nouvelle société du vingt et unième siècle. Pour un instant un seul, je ne veux qu'elle et moi. Même si nous ne sommes qu'amis, même si je brûle de l'intérieur, même si je dois crever la gueule ouverte et ne jamais la toucher de mes doigts. Même si je désire plus que tout au monde sentir l'humidité de sa féminité sur ma peau.

Nous arrivons sur une petite ville côtière animée par la joie de vivre et les vacanciers émerveillés. L'Angleterre n'est pas un pays animé par le beau temps, mais cette ville, aux attraits magnifiques, semble être habitée par un sentiment chaleureux qui me dépasse. Je gare le véhicule sur une place adaptée, avant de laisser la jeune fille descendre, d'enlever mon casque et tout tout attacher pour une raison de sécurité, après être descendu à sa suite. Je l'observe longuement. Elle est sa chevelure blanche, presque argenté, et passe une main sur sa joue, fraîche. " J'avais envie d'une déconnexion. J'espère que tu n'es pas pressée de rentrer. Ton dortoir ne te verra pas cette nuit. "  
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: My candle's heart ☣ Babylone   Ven 2 Sep - 16:03

minou & babylone

tu sais que lui montrer à quel point il te plaît n'est pas la meilleure des techiniques d'approche, mais tu en as marre de tourner autour du pot depuis plus d'un an maintenant, alors tu essaies une autre méthode, celle qui lui montre que t'es entièrement à lui quoi qu'il fasse, quoi qu'il dise, il le sait déjà de toute façon, il le voit dans tes yeux que tu lui appartiens assez pour qu'il puisse faire de toi ce qu'il veut. « monte » tu souris puis en voyant la moto de mino, tu te souviens pourquoi au départ t'avais commencé à enfiler un jean, mais celui-ci voulait pas dépasser le stade de tes cuisses alors t'avais changé pour un truc plus simple à enfiler - t'étais déjà assez en retard comme ça. mais finalement ta jupe blanche à volant ne te paraissant tout d'un coup plus être le vêtement idéal, malheureusement tu n'avais pas trop le choix et pas l'envie de retourner au dortoir te changer, tu glisses la lanière de ton sac sur ton épaule et tu grimpes derrière mino, tu ne cherches pas à garder une distance raisonnable, tu te colles contre lui, tes jambes enferment ses cuisses et ta poitrine s'écrase contre son dos, t'adores faire de la moto avec le jeune homme, il ne cherche pas à t'épargner les excès de vitesse, au contraire il roule à cent à l'heure et c'est ce que tu préfères même si au départ à chaque fois tu dois te réhabituer aux sensations que ça te procure.

tu laisses tes mains reposer sur son ventre en attendant qu'il démarre et que vous vous retrouviez dans un endroit un peu plus isolé que la ville, tu profites de la chaleur de sa peau jusqu'à ce que vous vous retrouviez sur des routes presque abandonnés, tu sais pas où vous allez, tu ne demandes pas, tu t'en fiches, de toute façon les cours ne te manqueront pas et ta colocataire ne t'attends pas avant demain matin et puis tu le suivrais au bout du monde sûrement parce que t'es qu'une gamine un peu naïve, avec l'âge ce genre d'envie te passera peut être quoi que ta maladie t'empêche souvent de réfléchir rationnellement et puis réfléchir t'aimes pas ça, ça te fout le cafard de penser à l'avenir, au choix que t'as, non tu préférés vivre au jour le jour, minute après minute, seconde après seconde.  

finalement, vous vous arrêtez près d'une plage. excitée comme une enfant le jour de noël, tu sautes de la moto et pose ton casque sur le sol, tu fais des petits bonds comme pour extérioriser ta bonne humeur, t'as bien conscience que t'as l'air d'avoir six ans, mais mino est un habitué de tout ça, de toi. « j'avais envie d'une déconnexion. J'espère que tu n'es pas pressée de rentrer. Ton dortoir ne te verra pas cette nuit. » « j'adore, c'est super ! » sa main fraîche vient caresser ta joue, tu presses ton visage entre sa paume, t'as presque envie de ronronner tellement son contact te plaît, il est de plus en plus tactile avec toi et tu ne vas certainement pas t'en plaindre, tu finis par glisser ta main dans la sienne et le tirer pour que vous avanciez. « allons-y » tu t'exclames un grand sourire sur les lèvres, tu vas si rarement à la plage, vous avez du rouler longtemps pour arriver jusqu'ici, tu es contente parce que l'étendu de sable est désert, tu espères que vous dormirez ici, tu n'as encore jamais fait quelque chose comme ça, tu n'as d'ailleurs encore jamais dormit avec un homme, avec mino, dans un lit ou sur une plage comme celle-là, tu es pressée de pouvoir te blottir contre lui quand l'obscurité tombera soudainement plus tard dans la soirée.

« il faut absolument qu'on aille se baigner ! »
aussitôt dit, aussitôt fait, tu lâches sa main, retire ton tee-shirt, tu te fiches assez qu'il voit ton soutient gorge, tu n'as jamais été pudique et puis pour toi, c'est exactement la même chose qu'un maillot de bain évidemment ça ne fait jamais le même effet. tu le balances sur le sable, te tourne en direction de mino, tu ris avant de pivoter de nouveau vers la mer et puis de courir vers l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: My candle's heart ☣ Babylone   Lun 5 Sep - 13:36

Mino Caccavelli a écrit:

❝ My candle's heart ❞BabyloneElle m'attrapa et m'emmène vers la plage avec hâte. Je la regarde avec excitation, tandis qu'elle s'élance sur le sable d'une allure enfantine. Il est vrai que nous avons tendance à retourner en enfance lorsque notre chemin croise un paysage que nous n'avons pas vu depuis longtemps. Je m'émerveille de la vision de cet espace où le vent marin se dépose sur ma peau. C'est comme une renaissance. Et pendant que les touristes et habitants quittent les lieux pour aller dîner sur la terrasse d'un restaurant quelconque, nous, nous nous retrouvons seuls, arpentant l'étendue déserte jusqu'au commencement de l'océan. Elle lâche ma main, s'exclamant qu'il faut que nous allions nous baigner. Je souris, puis l'observe se changer sans gêne. Elle hôte son tee-shirt qui recouvre sa peau pâle, dénudant son corps frêle ainsi que sa poitrine, recouverte de dentelle. Elle jette son haut sur le sable et se retourne vers moi d'un regard espiègle, tandis que sur mon visage, un sourire se dessine peu à peu.

Elle court à présent dans l'eau, trempant ses jambes dans la noirceur de l'océan au crépuscule. Je m'assoie quelques instants, histoire d'imprégner la vision enchanteresse de la jeune femme. Elle est si heureuse, que ça me rend heureux d'être la personne qui lui procura cet instant. Je retire mon tee-shirt à mon tour, après avoir ôter mon blouson. Puis vint le tour de mes chaussures ainsi que de mon pantalon. Je parcours la distance qui me sépare de la jeune femme. Puis plonge les pieds dans l'eau salée. " C'est un peu froid quand même. " L'eau n'a rien à voir avec les plages françaises, celles dans lesquelles je me baignais quand je partais en vacances du côté du Cap d'Agde ou encore de la Grande Motte. Mais étrangement, même si le paysage est différent, que l'eau semble ne pas être de la même température, celle-ci est ma préférée. Peut-être parce qu'elle, elle est là. Babylone.

De mes mains je l'agrippe et la force à revenir vers moi, je la prend dans mes bras, de sorte à ce qu'elle ne puisse plus rien faire, et la promène dans les vagues, lui mettant la tête dans les vagues, et riant de manière moqueuse à chaque fois qu'il lui arrive de boire la tasse. Elle se vengera, indéniablement, elle a toute la nuit pour ça. J'observe son regard rieur, puis le coucher de soleil se refléter dans les vagues inégales. Le bord de plage s'illumine de lampions, je souris " Viens allons manger. " Je l'attrape par la main et la force à sortir de l'eau. Je la sèche de mon blouson et la rhabille en vitesse, avant de faire de même, et la traîne vers la ruelle dégagée. Fusille les badauds du regard lorsque le leurs s'attardent trop sur la jeune fille. Ce soir elle est mienne, et il ne peut en être autrement. Une jeune femme nous barre la route, une marchande qui vend des bijoux en ferraille. " Vous formez un joli couple ! Que diriez-vous d'un bijou symbolique ? " Je laisse échapper un soupir amusé. " Nous ne sommes pas ensemble. " Elle répond d'un Oh confus, mais elle ne cesse de sourire et de me regarder. Comme si elle me disait un c'est bien dommage et j'ai souri.

J'ai continué mon chemin, ma main toujours serrée autour de celle de Babylone, puis demanda à un serveur d'un petit restaurant une table pour deux, où il nous installa confortablement. Les pieds dans le sable humide par la nuit, j'observe la jeune fille avec attention. Sans rien dire.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: My candle's heart ☣ Babylone   

Revenir en haut Aller en bas
 
My candle's heart ☣ Babylone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: the fun time :: BACK TO THE PAST :: MEMORIES-