AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

bienvenue sur me before you
me before you se met à l'automne, on démarre en beauté avec un event et des jeux ♥️

Partagez | 
 

 (bambie) once i was seven years old

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Bambie Kelso
one of us
avatar

(FACE, ©) : jenner, witm.
(PSEUDO) : b_bulle (mel).
(MEETINGS) : 71
(AGE) : vingt-trois ans.


READ MY TEA LEAVES
(RPs): open. (02/04)
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:06


      - bambie kelso -
      It was a big big world, but we thought we were bigger
Pushing each other to the limits, we were learning quicker
By eleven smoking herb and drinking burning liquor
Never rich so we were out to make that steady figure

     
--------------------
nom complet: kelso. je tiens ce nom de ce couple qui m'a adopté. nom de famille que je ne supporte pas et dont je me passerai bien. cela dit, en y réfléchissant à deux fois, il reste tout de même plus agréable que le précédent. bambie. oui, ma mère avait eu une idée folle ce jour là mais grand bien lui fasse. j'aime ce prénom parce qu'il vient d'elle et que je ne supportais pas de l'entendre de la bouche d'un géniteur qui n'en n'a jamais eu la place à mes yeux. âge, date et lieu de naissance : aujourd'hui âgée de vingt-trois ans, je suis née le premier avril 1993, alors que le jour se levait à peine sur stratford. nationalité et origines: je suis une anglaise pure souche et très fière de l'être. métier/études: admise en bts tourisme, je suis également hôtesse d'accueil au avon hotel afin de parfaire mes études et surtout parce qu'ils ont accepté de me prendre en alternance. orientation sexuelle: aucun doute n'est possible sur mes préférences : j'aime les hommes sous toutes les coutures. statut civil: encore et toujours célibataire, malgré de nombreuses tentatives sans succès. statut familial: adoptée par une famille fortunée, malgré une adolescence houleuse, j'ai un compte en banque bien rempli (£££££). traits de caractère: extravertie, à l'écoute, fofolle, grande gueule, passionnée, généreuse, bordélique, sociable, susceptible, impulsive, réfléchie, mystérieuse et brisée.  groupe: the fault is in our stars. avatar: kendall jenner. crédits: tumblr.

     
dream a little dream of me.
      elle déteste le café et ne jure que par le thé aux fruits rouges ★ elle est de ces gens qui énervent parce qu'ils mangent beaucoup mais ne prenne pas un gramme ★ sa grande passion, c'est manger ★ casse-cou, il n'est pas rare de la voir mettre sa vie en danger pour essayer de nouvelles choses et peu importe ce qu'il peut lui en coûter ★ si son enfance a été un véritable calvaire, son adolescence a été un cauchemar permanent qui l'empêche encore de dormir, même si elle a retrouver la protection de son frère ★ elle possède plusieurs tatouages, tous ayant une signification particulière à ses yeux ★ elle passe par l'hôpital au moins une fois par mois parce qu'elle s'est ouvert, déboité, fêlé ou cassé quelque chose ★ derrière cette apparence de fille totalement folle, elle cache son adolescence sous de nombreuses couches de sourire parce qu'elle ne supporterait pas qu'on la prenne pour un petit être fragile ★ elle ne fume pas mais elle compense en alcool. on la trouve d'ailleurs souvent en soirée. elle tient d'ailleurs très bien l'alcool malgré sa corpulence frêle et couche plus d'un garçon qui voudrait jouer au jeu de celui qui tient le plus longtemps possible ★ elle est du genre à aller chez la manucure le lundi et trainer en jogging baskets sans maquillage le mardi ★ elle est du genre à croire au prince charmant mais se ramasse la figure tout le temps parce que, généralement, les mecs ne s'intéressent qu'à son physique et ne vont pas chercher plus loin ★ le meilleur ami de son frère la perturbe parce qu'il est trop attentionné envers elle quand ils ne sont que tous les deux et elle ne comprend pas ce qu'il cherche à faire. c'est le meilleur ami de son frère après tout, il ne faudrait pas déconner non plus ★ elle a l'épaule gauche qui se déboite régulièrement, dû à une violente chute au skate park quand elle était adolescente ★ elle dort très mal la nuit et ne se sépare jamais de monsieur chaussette, le doudou qu'elle avait quand elle était gamine et qu'elle n'a jamais quitté, surtout quand elle a été séparée de declan. elle est victime de son adolescence et fait de nombreux cauchemars, ce qui a tendance à inquiéter son frère ★ elle ne peut pas passer une journée sans musique, d'ailleurs, elle a une voix très mélodieuse et se débrouille franchement bien quand il s'agit de pousser la chansonnette. elle joue également de la guitare, rare plaisir qui lui reste de son adolescence.

     
scars and souvenirs.
      parfois, on tombe bien. dans une bonne famille, avec de l'amour et tout ça. et parfois, c'est autre chose. je n'ai pas le droit de dire qu'il n'y avait pas d'amour, parce qu'il y en avait. mais il y avait surtout le reste aussi. l'alcool, les coups, les cris, la violence. d'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais dû vraiment parler pendant mon enfance. même à l'école, je restais la gamine sage et presque muette, assise au fond de la classe. je regardais par la fenêtre et imaginais un monde où tout serait bien meilleur, mais où ma mère était encore avec nous et mon frère avait retrouvé le sourire. ma génitrice s'était éteinte des suites d'un cancer et nous étions restés tous les deux, livrés à cet homme qui puait l'alcool à plein nez, mélangé à l'odeur de tabac froid. declan me protégeait tant bien que mal mais il ne pouvait pas tout encaisser, pas tout seul. alors, il y a des fois où, quand mon frère n'en pouvait plus, je me pointais en silence devant cet homme qui se disait être mon père et j'attendais ma sentence. elle ne tardait jamais à arriver. j'ai passé les dix premières années de ma vie à vivre cet enfer, mais au moins, je n'étais pas seule. mon frère, c'était la seule personne avec qui je parlais, la seule personne qui a eu le privilège d'entendre ma voix. declan, c'était celui avec qui je pouvais rire de temps à autres. declan, c'était celui qui me permettait de m'évader un peu, de temps en temps, parce qu'entre frère et soeur, il faut bien se soutenir. nous étions deux malgré tout ce que l'on pouvait subir. et puis, est arrivé le jour où nous nous sommes retrouvés seuls.

     la séparation a été terrible. les services sociaux, l'arrestation de mon géniteur, le placement dans un orphelinat pour filles, seule, séparée de declan, loin de stratford. je n'avais plus que monsieur chaussette, mon ours en peluche, pour me tenir compagnie. d'abord muette, discrète et seule dans mon coin, j'ai finalement décidé de changer le cours des choses et de prendre ma vie en main. je me suis libérée, faisant de mon enfance une force sans faille. je suis devenue l'enfant terrible de l'orphelinat, celle qui accueille les petits nouveaux, celle qui fait des conneries à la pelle mais qui veille un peu sur tout le monde. la forte tête de l'établissement mais celle qui a un coeur gros comme ça. celle qui ne montre rien dans ce qu'elle a vécu mais qui garde un sourire colgate quoi qu'il arrive. j'avais les mots qui rassurent, ceux que je me répétais sans cesse quand les choses tournaient mal à la maison, ceux dont je me souvenais quand mon frère me prenait dans ses bras après que notre géniteur se soit endormi, saoul sur le canapé. pas une seule journée ne s'est passée sans que je ne pense à declan. j'ignorais totalement où il se trouvait, comment il allait, qu'est-ce qu'il devenait. j'avais besoin de nouvelles mais, malheureusement, je ne pouvais pas en avoir. je ne savais pas s'il avait été adopté, je ne savais s'il était toujours à l'orphelinat, je ne savais s'il avait trouvé une famille bien ou si c'était dans le même genre qu'avant. je me posais des tonnes et des tonnes de questions mais toujours aucunes réponses. la frustration totale. et puis, j'avais quinze ans quand tout est parti en vrille. encore une fois.

     bienvenue dans ton nouveau chez toi bambie. un grand sourire plaqué sur son visage plus très jeune, la femme qui m'ouvre la porte est celle qui a pris l'option bambie dans la famille. adoptée par un couple qui semblait tout ce qu'il y a de plus correct, j'ai déchanté lorsqu'elle m'a montré ma chambre, située au sous-sol. un matelas qui n'en n'avait que le nom mais pas le visuel, une table qui devait me servir de bureau et un portant sur lequel était accroché des tenues d'un autre temps. un peu plus et je me serait cru en plein dans l'époque de cendrillon. peut-être l'histoire était-elle destinée à se répéter. pourtant, ils avaient l'air d'être un couple tout ce qu'il y a de plus stable. riches, visiblement très amoureux l'un de l'autre, en demande d'avoir un enfant puisqu'elle n'a jamais pu en avoir. j'ai accepté sans rechigner, premièrement parce que je n'avais pas mon mot à dire et surtout parce que je le voulais bien. après mes cinq ans passés à l'orphelinat, autant dire que je m'étais endurcie plus que ce que j'aurais dû alors je n'aurais pas voulu que ça aurait été vite vu. enfin bref, je me suis retrouvée à vivre au sous-sol de cette maison, avec ce sentiment étrange d'étouffer quoi qu'il arrive. c'était comme si j'étouffais à chaque fois que je franchissait le seuil de la porte d'entrée, comme s'il s'était passé des choses terribles dans cette maison. et j'ai vite compris. j'étais jolie, je rendais bien sur les photos. en apparence, c'était la petite famille parfaite. mais, une fois la porte d'entrée fermée à double tour, c'était tout autre chose. ménage, vaisselle, décapsuler les bières, repassage, cirage de chaussures, machine à coudre. et, à côté de ça, mon parcours scolaire devait être exemplaire. gare à moi si je ne faisais pas ce qui était demandé, ou si même une fourchette était posée de travers sur la table à manger. j'ai alors compris ce qu'était cette pièce dans laquelle je n'avais pas le droit d'aller et qui était fermée à clés en permanence. ce n'était qu'une pièce sombre, sans fenêtre, juste une petite bouche d'aération et une lumière bien trop faible. une petite bouteille d'eau, un bol de riz et un bout de pain. la première fois, je suis restée pendant les deux jours de weekend dans cette pièce. recroquevillée sur moi même, je pensais être sortie de l'enfer alors qu'en fait, je n'avais encore rien vu de ce que pouvait être la cruauté. une femme à tout faire, même les gâteries de monsieur, quand madame s'en allait chez ses amies. il fallait que je sois parfaite, irréprochable. et, en plus, il m'avait privé de monsieur chaussette. et puis, c'est là qu'il m'a sauvé la vie.

    bambie, faut que je t'avoue un truc. il m'attrape par le bras avant que je ne monte dans le bus scoaire, censé me ramener à la maison. il me retarde dans mon planning. il ignore les conséquences de son geste. j'ai pas l'temps jax, on en parle demain s'tu veux. je lui offre mon plus joli sourire. seulement voilà, il ne me laisse pas partir. il m'attire même contre lui, prétextant me prendre dans ses bras pour ne pas affoler les regards de tous les curieux qui s'étaient tournés vers nous, m'attirant un peu plus loin malgré mes tentatives vaines de me séparer de son emprise. et voilà que le bus s'en va sans moi. génial, je suis foutue. je vais encore une fois finir dans la pièce noire. nan mais merci beaucoup jaxon, je ne rêvais que de ça, génial. sans ajouter un mot de plus, il me montre du doigt la place de parking que je n'avais pas pu voir avant, puisque reculée par rapport à l'arrêt de bus. je fais un pas en arrière. merde jax, mais qu'est-ce que t'as fait ? je ne lui ai pourtant rien dit, rien du tout. c'était une condition. je ne devais jamais rien dire sur ce qui se passait à la maison. les apparences, encore et toujours, ne jamais rien dire. je jure que je n'ai rien dit. je jure avoir gardé le sourire en permanence. je jure que j'ai fait comme si de rien était. calme toi b, ça va aller, j'te jure, t'as juste à leur parler à eux. steuplait, raconte leur. si tu n'peux rien me dire, dis le leur. les deux policiers, appuyés contre leur voiture, se sont redressés et ont commencés à avancer vers nous. comment t'as su ... désemparée, je me retrouve comme deux ronds de flan. je me suis pourtant protégée, j'ai joué la comédie mieux que shakespeare lui-même. c'est impossible, comment il a su ? tu peux mentir à qui tu veux, mais pas à moi. j'te connais trop pour ça. je ne sais pas ce qui ne va pas et je sais que tu me diras que j'm'inquiète pour rien. mais bambie, ça ne va pas et je sais très bien que tout change quand tu rentres chez toi. y a qu'à voir l'autre soir, la façon dont tu as raccroché . bambie, j'peux pas t'laisser comme ça. mon premier réflexe a été de secouer la tête de gauche à droite, pour nier l'évidence. j'ai fait quelques pas de plus en arrière pour fuir mais je ne suis pas allée bien loin. le trottoir m'a prise pas surprise et je me suis retrouvée le cul par terre en moins de deux. j'ai su que j'étais coincée au moment où ses bras se sont refermée autour de mes épaules. j'avais dix-huit ans et je savais qu'il m'aimait. j'ai su que je pouvais avoir confiance. j'ai su qu'il était temps de tout déballer.

   retour aux sources. j'ai vingt ans maintenant. je suis rentrée à stratford. ma relation avec jaxon a pris fin huit mois après mes aveux, ce jour-là, devant l'école. les kelso ont d'abord prétexté que j'étais malade, que je mentais fréquemment et qu'il ne fallait pas m'écouter. ils ont cru que l'argent me ferait taire et ont donc renfloué mon compte en banque. grossière erreur, ils se sont détruits eux-mêmes. deux mois plus tard, ils ont été arrêtés, sous mes yeux. j'ai eu l'impression de vivre à nouveau le jour de l'arrestation de mon géniteur. à croire que je suis maudite, condamnée à errer, seule et sans famille. j'avais encore jax à l'époque. ses parents m'ont recueillie et nous ont aménagé leur grange en véritable petit nid d'amour. cette illusion d'une vie à deux nous a fait du bien. mais elle nous a également détruit. j'ai vécu un véritable calvaire pendant trois années qui ont laissé des marques indélébiles. je dormais peu et quand j'osais fermer les yeux, les images me revenaient en pleine figure et je cauchemardais, me réveillant, tantôt en hurlant, tantôt en pleurant. c'était trop difficile à supporter, à la fois pour lui et même pour moi. on s'aimait à en crever mais on a su qu'il valait mieux en rester là avant de nous déchirer complètement. mais tout ça, je le garde précieusement dans un coin de ma tête et je me contente de l'écouter parler. lui, ce garçon avec qui j'ai failli faire la plus grosse connerie de ma vie. une soirée comme une autre. beaucoup trop d'alcool dans le sang. en même temps, il faut voir ce que je m'envoie dans le gosier depuis mon arrivée. je ne sais pas, je l'ai vu, je me suis dit pourquoi pas et puis, on a discuté et c'est vite parti en vrille complet. résultat, vu la tournure désastreuse de la partie de jambes en l'air, c'est dans un fou rire sincère que les choses sont tombées à plat ventre dans la mare. trop d'alcool, ça n'aide vraiment pas. surtout, si, de surcroît, le partenaire en question n'est clairement pas branché fille. une fois de plus, je crois avoir tellement rit que je m'en suis donné mal au ventre et que j'ai attrapé quelques crampes à la mâchoire. et puis, finalement, on a discuté, d'absolument tout et n'importe quoi. il s'est foutu de la tronche de mon prénom et je ne me suis certainement pas gênée pour faire de même. non, mais, sérieusement, depuis quand on appelle son fils shannon, sérieusement ? enfin, cela dit, j'étais loin de m'imaginer que les choses se déroulerait ainsi. nous deux, je veux dire. shannon et moi. la femme aux mecs et l'homme aux hommes. qui aurait cru qu'après une rencontre aussi improbable que celle-ci, nous en serions là où on en est, maintenant. c'est dingue ce que la vie peut nous offrir parfois quand même.

je ne saurais pas vous décrire la sensation que j'ai ressenti quand il m'a prise dans ses bras. je ne saurais pas vous décrire le mélange d'émotions, de sentiments qui m'ont submergés à cet instant précis. je l'ai retrouvé. enfin. après douze ans de séparation, je suis venue me loger dans les bras de la personne la plus importante à mes yeux. mon frère, declan, me tient dans ses bras et ne semble pas vouloir me laisser partir de si tôt. c'est incroyable de se sentir importante, pour une fois. de ne pas être l'objet d'une attention malsaine et perverse.tu m'as tellement manqué. ces quelques mots, murmurés à mon oreille, ont le don d'étirer un large sourire sur mes lèvres incapables d'articuler quoi que ce soit. je me contente simplement de savourer cet instant comme si c'était le dernier, comme si ce n'était qu'une illusion, enfin un rêve perdu au beau milieu de tous ces cauchemars. on a discuté, on a rigolé, je lui ai montré mon minuscule appartement, je lui ai parlé de ce que je faisais maintenant. mes études, mon boulot au avon hotel. rien de plus. je me suis contentée d'éluder les question concernant mon adolescence. je ne veux pas parler de tout ça, je ne veux pas lire la colère dans ses yeux, je ne veux pas avoir à revivre ne serait-ce qu'un seul instant tout ce que j'ai vécu. la vie ne m'a pas fait de cadeaux et je me dis qu'elle n'a pas dû lui en faire non plus. il a l'air heureux et je ne veux pas gâcher tout ça avec le récit pitoyable de mon existence. shannon est devenu mon meilleur ami, celui avec qui je partage tout et même nos soucis d'alcool et d'insomnies. il n'en connait pas la cause, il est déjà bien trop amoché pour que j'en rajoute. je lui ai parlé de mon frère mais je reste encore et toujours dans la réserve parce que je préfère attendre de voir que tout se passe bien. je ne veux pas m'emballer une fois de plus et tomber sur un os. un jour, quand je sentirai que le moment est venu, je les présenterai l'un à l'autre. mais je veux attendre pour ça. et puis, en plus, j'ai emménagé chez declan, il y a à peine deux mois. je ne m'en sortais pas vraiment entre les cours, le boulot, l'appartement et toutes les conneries que je peux faire à côté. ce n'est pourtant pas faute d'avoir une somme astronomique sur mon compte en banque mais je ne veux pas y toucher. à mes yeux, c'est de l'argent sale parce qu'il vient de ces gens qui m'ont fait croire à une vie meilleure et qui m'ont offert une colocation avec lucifer. alors, je fais comme si je n'en n'avais pas. declan n'a pas hésité une seule seconde à me venir en aide, alors je me dis que, finalement, j'ai retrouvé mon frère. et puis, je me ravise en gardant parfois mes distances parce que ça pourrait être, encore une fois, trop beau pour être vrai. et puis, nous ne sommes pas seuls dans cet appartement. il y a son meilleur ami aussi. comment vais-je arriver à gérer mes sentiments maintenant que j'ai repris goût à la vie ?

     
pseudo/prénom: b_bulle/mel. âge et pays: vingt-quatre ans (vingt-cinq dans quelques jours mais faut pas l'dire) et france. connexions: quotidienne. commentaires sur le forum: c'est une tuerie, un truc de diiiiingue . autres: partouze de morues bonsoir   .


Dernière édition par Bambie Kelso le Mer 31 Aoû - 10:51, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Mortimer
the guilty one
avatar

(FACE, ©) : Louis Tomlinson ©.pandora
(PSEUDO) : Life Burns
(MEETINGS) : 550
(AGE) : 25 ans


READ MY TEA LEAVES
(RPs): ✘Casey ✘YOU? (open)
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:10

PREEEEEEEEEEM'S
Bienvenue par ici ma morue préférée bonne chance avec la fichette et si tu as des question, tu connais le chemin mais tout le staff est à ta disposition
trop hâte de jouer notre lien un flashback sera de mise

_________________
Δ Sorry seems to be the hardest word
It's sad, so sad. It's a sad, sad situation. And it's getting more and more absurd. It's sad, so sad. Why can't we talk it over? Oh it seems to me, That sorry seems to be the hardest word © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxym Smith
one of us
avatar

(FACE, ©) : jake t. austin (vendetta;avatar/alas;signa)
(PSEUDO) : .gallavich
(MEETINGS) : 382
(AGE) : vingt et un ans


READ MY TEA LEAVES
(RPs): jules
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:37

bienvenue ici, j'adore le pseudo et j'adore l'avatar.
bon courage pour ta fiche.

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive.©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:37

kenny j
bienvenue par ici avec la belle jenner
Revenir en haut Aller en bas
Bambie Kelso
one of us
avatar

(FACE, ©) : jenner, witm.
(PSEUDO) : b_bulle (mel).
(MEETINGS) : 71
(AGE) : vingt-trois ans.


READ MY TEA LEAVES
(RPs): open. (02/04)
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:39

shannon nan mais tellement, ça va être n'importe quoi, je suis totalement fan de ce que tu as trouvé, c'est la perfection absolue - as usual
jotem, c'est dit, c'est fait #moruesftw

maxym haaaan baby jake, il est tellement rare, jolem tellement ce type merci à toi petit chat

max merci m'sieur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Moriarty
one of us
avatar

(FACE, ©) : harry styles, gallavich.
(PSEUDO) : bloodstream/marion.
(MEETINGS) : 57
(AGE) : 23 ans.


MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:47

non mais toi ici . gosh, on va se suivre partout .
en plus kendall wesh . je t'aime tu sais . bon je vais quand même aller lire ce que t'as trouvé avec shannon, parce que j'ai pas confiance .
bienvenue

_________________

Love can be frightening for sure
casey and shannon ⊹ I see you when I close my eyes scared to hold you every night.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Mortimer
the guilty one
avatar

(FACE, ©) : Louis Tomlinson ©.pandora
(PSEUDO) : Life Burns
(MEETINGS) : 550
(AGE) : 25 ans


READ MY TEA LEAVES
(RPs): ✘Casey ✘YOU? (open)
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:52

Casey Moriarty a écrit:
parce que j'ai pas confiance .

tu fais bien non en fait t'as rien à craindre d'elle aujourd'hui

_________________
Δ Sorry seems to be the hardest word
It's sad, so sad. It's a sad, sad situation. And it's getting more and more absurd. It's sad, so sad. Why can't we talk it over? Oh it seems to me, That sorry seems to be the hardest word © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Moriarty
one of us
avatar

(FACE, ©) : harry styles, gallavich.
(PSEUDO) : bloodstream/marion.
(MEETINGS) : 57
(AGE) : 23 ans.


MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 18:55

non mais en vrai y a rien, j'ai l'impression de m'être faite avoir .
aujourd'hui !!!! ça veut dire qu'il faut que j'ai peur d'elle les autres jours .

_________________

Love can be frightening for sure
casey and shannon ⊹ I see you when I close my eyes scared to hold you every night.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Mortimer
the guilty one
avatar

(FACE, ©) : Louis Tomlinson ©.pandora
(PSEUDO) : Life Burns
(MEETINGS) : 550
(AGE) : 25 ans


READ MY TEA LEAVES
(RPs): ✘Casey ✘YOU? (open)
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 19:04

Humm, je sais pas... peut-être non en fait, pas d'inquiétude à avoir pour les autres jours non plus

_________________
Δ Sorry seems to be the hardest word
It's sad, so sad. It's a sad, sad situation. And it's getting more and more absurd. It's sad, so sad. Why can't we talk it over? Oh it seems to me, That sorry seems to be the hardest word © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 19:10


MA PETITE SOEUR D'AMOUR
 



Je te l'ai déjà dis que jooootem ?  

Tu m'fais penser, en regardant ta fiche, j'connais une Mel sur les rpg, on s'connait peut-être finalement. Ou peut-être pas. J'sais pas hen !


À noter: Celui qui touchera à ma petite soeur.. j'vais lui arracher les dents une par une !
Revenir en haut Aller en bas
Shannon Mortimer
the guilty one
avatar

(FACE, ©) : Louis Tomlinson ©.pandora
(PSEUDO) : Life Burns
(MEETINGS) : 550
(AGE) : 25 ans


READ MY TEA LEAVES
(RPs): ✘Casey ✘YOU? (open)
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 20:38

Declan Ziegler a écrit:

À noter: Celui qui touchera à ma petite soeur.. j'vais lui arracher les dents une par une !

même si c'est moi et que c'est déjà fait -enfin presque- ? (a)

_________________
Δ Sorry seems to be the hardest word
It's sad, so sad. It's a sad, sad situation. And it's getting more and more absurd. It's sad, so sad. Why can't we talk it over? Oh it seems to me, That sorry seems to be the hardest word © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   Lun 29 Aoû - 21:12

Toi j'vais te faire subir un autre calvaire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (bambie) once i was seven years old   

Revenir en haut Aller en bas
 
(bambie) once i was seven years old
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: creating your life :: IDENTITY CARD :: ON TOP OF THE WORLD-